Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 18:34

Alors que mes poumons crachent le feu et que mon lit me fait de l’œil, ma condition de mère du mercredi (et des autres jours d'ailleurs) m'a contrainte à quitter ma chaude demeure pour aller au centre commercial chercher les lunettes du chérubin...

 

Bien entendu, les lunettes n'étaient pas tout à fait prêtes... La dame me propose donc de revenir une demi-heure plus tard...

 

Comme nous fêterons Noël ce samedi, je me dis, Hop, allons vite à la parfumerie, ce sera réglé pour tout le monde...

 

Je dois vous préciser que, n'étant pas au top de ma forme, mon apparence est propre mais plus que commune... Tee-shirt moulant noir col roulé, Pull au dessus et pantalon de jogging assorti de basket... Les lunettes sur le nez et pas de maquillage... Le comble de la négligence pour qui me connait...

 

Je choisis donc rapidement mes produits que je jette dans un panier... Une jeune fille m'aborde: "Vous cherchez quelque chose?"

"Oui ma crème de nuit..."

"Je pense qu'elle est la-haut", me dit-elle très gentiment...

Je lève le museau et je regarde ébahie la boite de crème nuit spéciale ride du 3eme age!

 

Sèchement, je lui réponds: "Merci! je n'en suis pas encore là..."

 

 

Je file à la caisse... La vendeuse, super gentille me couvre de cadeaux... Je suis bien étonnée car ce n'est pas l'amabilité qui les étouffe d'habitude...

Je passe aux paquets cadeaux et là, j'ai droit à un festival... Alors que je me mets à tousser, la stagiaire me regarde avec compassion et me dit:

"Ouh la la , vous êtes drôlement malade! C'est pas dangereux pour le bébé?"

Je désigne Noé et lui rétorque: " A 8 ans, ce n'est plus vraiment un bébé!"

Elle et sa comparse interloquées: "Mais on ne parle pas de celui-là!"

Je cherche autour de moi, elles insistent: "Celui dans votre ventre!"

Moi, mi-figue mi-raisin (et un peu agacée vu les efforts déployés pour perdre mes kilos), je leur annonce: " Je suis juste grosse!"

 

Et EH EH EH..... Réponse:

 

"Mais pas du tout Madame, vous n'êtes pas grosse, ça vous fait juste un joli ventre tout rond..."

Et l'autre d'enchérir: " Ah oui moi je vous confirme que vous avez vraiment un ventre de femme enceinte!

"Oui oui, ça vous fait pas des jolies formes, juste le gros ventre!!!"

 

Je finis par les interrompre pour leur montrer leur manque de diplomatie à ces deux stagiaires:

"Enfin, Mesdemoiselles, arrêtez un peu, d'autres que moi pourraient se vexer...."

 

"Mais Madame, ce n'est pas notre faute si vous ne voulez pas dire que vous attendez un bébé!"...

 

Je dois bien l'admettre, j'ai cherché la camera cachée et ça m'a laissée sans voix, mais j'ai pris le fou-rire de l'année!!

Partager cet article

19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 20:20

Pour fêter le retour de ma connexion internet, voici une petite recette pour un goûter tout succès...

 

Ingrédients pour environ 18 cookies (si vous n'avez pas un chien voleur...)

 

1 oeuf

100g de sucre roux

80g de beurre mou

180g de farine

1 sachet de levure chimique

1 pincée de sel

1 sachet de pépites de chocolat (noir ou au 3 chocolats)

 

et pour des cookies tout choco, 100g de chocolat à patisser... Vous pouvez varier en le prenant noir ou au lait...

 

Vous balancez (avec dextérité) tous les ingrédients ensemble dans un bol SAUF les pépites de choc... Si vous avez un thermomix, c'est facile, vous mélangez tout en 10 secondes vitesse 10... Par contre si vous utilisez cette version, le beurre doit sortir du frigo et le chocolat est simplement coupé en carrés...

Si vous n'avez pas de robot broyeur, alors faites fondre le beurre et le chocolat ensemble, mélangez et laissez refroidir avant d'incorporer au reste des ingrédients.

 

Quand le mélange est prêt, ajoutez les pépites et mélangez délicatement pour ne pas les écraser.

 

Enfin, sur une plaque huilée, vous disposez des petits tas de pâte que vous écrasez légerement avec le plat de la main (propre la main OK?), vous enfournez pour 15 minutes dans un four préalablement chauffé à 180 °...

 

A la sortie du four, détachez les cookies amoureusement avec une pelle à poisson et disposez dans une assiette...

 

Dans la recette, vous pouvez aussi remplacer le chocolat à patisser par des amandes effilées et une cuillère d'arome vanille...

 

Bon goûter...

Partager cet article

22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 10:32

Depuis la naissance de ma fille, j'appréhende clairement sa crise d'adolescence...

 

Ce que je n'avais pas anticipé c'est la crise de pré-adolescence de mon aîné... Et honnêtement, je m'en passerais bien... On teste les montagnes russes émotionnelles... On passe du calin-bébé au rejet total: "De toutes façons, avec toi je suis toujours obligé de travailler..."...

Avec sa fratie, c'est la même chose, "je t'aime moi non plus"... On joue gentiment aux playmobils et d'un coup, sans motif apparent, l'autre devient "l'enfant à abattre"... S'ensuit une violence de mots, voire de portes qui claquent avant l'enfermement dans la bouderie...

 

Le pré-ado est alors impossible à raisonner, il pleure, il crie, il boude jusqu'au retour à la normale et aux jeux toujours sans transition...

 

Au secourssssss!!!!!

 

Et pourtant, l'ouverture sur le monde est intense, on observe une boulimie culturelle, livres, magazines, reportages, tout y passe... Les discussions s'enrichissent... Mais le caractère, déjà au départ bien affirmé s'affine... Sur le mode, je sais, je fais mieux que toi, je fais comme Papa... Sauf que le père en question se garde bien de me manquer de respect...

 

 

J'ai trouvé cet article sur le figaro santé qui résume bien cette période traversée par mon fils... et par le reste de la famille par la même occasion!

 

J'ai le sentiment qu'il faut rester le plus zen possible face aux sautes d'humeur du chérubin... Le "va faire tes devoirs" commence inévitablement par un conflit... Tu m'obliges toujours à faire mes devoirs alors que je suis en vacances... Ben oui... On ne va pas les faire la veille de la rentrée...

Alors je hausse le ton... Tu y vas maintenant, c'est non discutable... Les marches sont montées rageusement, la porte claque... Je serre les dents... L'envie de sévir est proche... Mais d'expérience ça ne fait qu'envenimer le débat...

5 minutes plus  tard, le pré-ado vient demander de l'aide, comme s'il ne s'était rien passé..

 

Dans une heure ou deux, je rappellerai qu'il est prié de respecter le matériel... Il s'excusera... Jusqu'à la prochaine crise...

 

C'est USANT!!! D'abord on s'affole... Mais pourquoi pleure-t-il chaque jour? D'où vient cette hypersensibilité? Mais qu'est ce que j'ai raté??

 

ALors on va voir le psychologue... Il nous dit que oui, l'enfant est dans une période difficile mais qu'il est "sécure" à la maison...

Les notes sont excellentes, le comportement à l'école sans reproche...

 

Ouf... Il faut patienter pour que ça passe... Et ne pas anticiper pour les deux autres qui suivent...

Partager cet article

6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 22:03

Très contrariée par un caprice de ma fille, j'ai eu une soudaine envie de sucré... C'est bizarre, n'est-ce-pas, c'est depuis que j'ai eu ma fille que j'ai pris le plus de poids... Il y a effectivement un lien de cause à effet mais la poupée n'est pas responsable ni coupable de mes compulsions sucrées... Elle a juste le pouvoir de me stresser plus que les garçons mais peut-être ne le sait-elle pas...

 

Donc revenons à mon gâteau, superbe d'ailleurs comme vous pouvez le constater:

 

 photo 

Donc il s'agit à la base d'un banal gâteau au yaouth, cuit dans un moule en forme de coeur au fond duquel est caché une pomme coupée en lamelle, recouvert d'un couche de chocolat noir et de petits coeurs plats en sucre...

 

La recette en est fort simple:

 

Vous videz un yaourt dans un grand bol... Vous réservez le pot...

Ajoutez 3 oeufs et fouettez...

Puis vous y mélangez 3 pots de sucre en poudre, un pot de farine et 2 pots de Maizena.

Un sachet de levure pour le gonflant... (je parle toujours du gâteau et pas du mari...)

Un peu d'extrait de vanille et du rhum et c'est prêt...

 

Dans un moule en silicone vous disposez une pomme épluchée et coupée en lamelles, vous versez la préparation dessus et vous enfourner à 210 ° pendant 35 à 40 minutes...

 

Une fois cuit, vous demoulez et vous recouvrez le gâteau de chocolat à patisser (une tablette) fondu dans un tout petit peu de lait... Le chocolat doit être lisse mais pas liquide pour être facile à étaler... Ensuite vous parsemez de décors de votre choix (au rayon aide culinaire avec les amandes effilées)....

 

Pour finir vous dégustez comme vous voulez, les enfants l'aiment tiède, et moi bien froid...

 


 

 

Partager cet article

4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 09:47

Mon fils et moi nous faisions une joie de l'entrée en 6eme... Sa classe de Cm2 comportant principalement des filles, les autres enfants rencontrés en petite section de maternelle, le burn-out n'était pas loin...

 

Il espérait donc se faire de nouveaux copains dès les premiers jours... Sauf que, passer d'une charmante école de village à la jungle du collége n'est pas si simple...

 

Dès les premiers jours, mon pré-ado, pourtant loin d'être un enfant de coeur a dû faire face à son lot d'insultes, de moqueries et de coups (si si des coups...) de la part d'autres enfants sans doute aussi peu à l'aise que lui mais plus costauds...

 

Et c'est bien connu: " la loi du plus fort est toujours la meilleure"... L'instinct de parents nous pousserait bien à aller voir "les sales mômes" en question mais notre conscience d'adulte nous rappelle que cela n'est pas la meilleure solution et surtout qu'il est interdit d'aller effrayer des enfants de 11 ans... Même si ce sont des sales gosses...

 

La solution consiste donc à booster notre enfant pour qu'il s'impose et envoie quelques répliques cinglantes qui vont dissuader les autres de revenir s'y frotter...

 

Sauf que, ayant été longuement briefé en primaire, le jeune refuse d'employer des "gros mots" ou de retourner une droite...  De toute façon, mon mouflet, il court vite mais si on le frappe, vu son poids, il vole!!

 

Je l'ai donc entraîné à une liste non exhaustive de répliques percutantes:

 

A celui qui le traite de tête de b... (oui c'est poëtique...) je lui ai conseillé de répondre tranquillement, avec l'air apitoyé qui va bien avec:

 

- "Ah ben, ça doit pas être facile tous les jours de se traîner une tronche pareille"...

 

Sinon avec l'air surpris:

- " Purée, t'as jamais pensé à faire un procès à tes parents pour ta tête??!! Tu dois pouvoir gagner..."

 

Pour ceux qui le traite d'intello:

- "Ouais ben sur le long terme, ça paye plus d'être intello... Sauf si tu t'appelles Ribéri..."

(on pourrait choisir Vandamme mais j'crois bien qu'ils ne connaissent plus)

 

Pour celui qui le traite de Tapette:

 

- " ben il en faut bien une pour écraser les mouches dans ton genre!"

 

Pour ceux qui vannent méchamment:


Au choix:

 

- " T'as bouffé un clown au p'tit déj'?"

- " T'étais cancre à l'école du rire??"

-" T'as fait l'école du rire avec ta grand-mère?" (ça c'est pour ceux qui ne comprennent pas le mot "Cancre")

 

Et puis il reste toujours la phrase culte de Crisse: " Si tu pouvais arrêter de dire des conneries pendant seulement 30 secondes, ça me donnerait une idée de l'infini"...

 

Bien entendu, je suis preneuse de vos répliques... Sans vulgarité aucune merci!

 


 


 


 


Partager cet article

28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 19:07

L'automne est déjà là... Les journées sont plutôt belles mais on a déjà ressorti nos petites laines pour les soirées... Parfois même une belle flambée s'invite dans la cheminée...

 

Les semaines sont longues et épuisantes, aussi je n'ai guère envie de m'attarder devant mes fourneaux... J'ai envie de plats chauds et faciles à concocter...

 

Pour ce soir, ce sera du sauté de porc à la moutarde ancienne... Et à l'autocuiseur de préférence...

 

Vos courses:

 

Une livre ou plus de sauté de porc et un bouillon cube

2 oignons

5 carottes

500 g de champignons de paris frais ou pré-émincés par Mr PICARD

5 pommes de terre

sel, poivre et thym

25 cl de crème fraiche allégée

Moutarde ancienne...(environ 3 cuillères à soupe)

 

Dans l'ordre, faites revenir les oignons dans l'autocuiseur avec de l'huile d'olive et le porc. Couvrir d'eau, ajouter sel poivre thym et bouillon cube... Vous laissez cuire et revenez 3/4 plus tard...

On ouvre la cocotte-minute, on ajoute les champignons émincés et les carottes... On remet à cuire 1/4 d'heure...

Puis on ouvre de nouveau, on ajoute les pommes de terre, de la moutarde mélangée à la crème  fraiche, on vérifie l'assaisonnement et on remet à cuire 7 minutes...

 

Voila c'est prêt, vous pouvez déguster... Et honnêtement, ça ne vous a pas cassé un bras...

Partager cet article

25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 21:28

Ahh la protection de l'enfance... On mélange ça pèle-méle avec toutes nos autres missions d'accompagnement... Comme si c'était aussi simple...

 

Alors, oui on fait la différence entre la mission et le mandat... Chaque assistant social a une mission de protection de l'enfant... Mais au même titre que n'importe quel citoyen en capacité physique de taper le 119 sur un téléphone... Et puis il y a le mandat quand on exerce dans un service spécialisé dans le suivi de l'enfance en danger...

 

Alors il existe des dispositifs, des méthodes de prises en charge... Plein de bonnes intentions et beaucoup de lenteur... Résultat... L'assistante sociale de l'hôpital interpelle le juge en juillet pour une simple délégation d'autorité parentale pendant l'hospi de la mère.... ET... un travailleur social de la CRIP (cellule de recueil des informations préoccupantes) s'excuse fin septembre dela contacter aussi tard...

Ben heureusement qu'il n'était pas en danger le mouflet... Parce que sinon... y'a pas le feu...

 

Mais bon, quand il y a coups, abandons, décès ou incapacité physique des parents... C'est relativement simple, on a des preuves, de la matière et l'espoir que le procureur se saisisse de l'affaire...

 

Mais quand il y a maltraitance psychologique, c'est beaucoup plus délicat... L'enfant qui travaille bien, s'adapte à toutes les situations, ne présente pas de symptôme évident, on est bien embêté...

Les grands-parents signalent un cadrage brutal de l'enfant, des brimades, des moqueries... Une éducation sans douceur... Sans patience... Sans droit à l'erreur... Et puis on note la fébrilité du père, l'apathie de la mère...

On oriente chez le psychologue... On conseille... Mais finalement, la marge de manoeuvre est bien restreinte...

Il ne reste plus qu'à espérer que la capacité de résilience de l'enfant lui permettra de s'en tirer pas trop mal à l'âge adulte... Et de ne pas devenir lui même un parent toxique...

 

ça vous laisse un sentiment de travail non achevé... De médiocrité de la prise en charge... Et puis sans cesse ces questionnements de remise en question: Suis-je une mère suffisament bonne pour évaluer??

 


Partager cet article

24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 03:14

Il est de ces journées où, finalement, on regrette d'avoir sorti la tête de sous la couette... La réalité du quotidien nous rattrape et, malgré le soleil, on a hâte que la nuit tombe de nouveau...

 

Ca a commencé avec mon grand... "J'irai pas, j'prendrai pas le bus"... Ah oui, mais non, le collége n'est pas une option... Il pleure... "Il va encore me frapper"... Arfff, ça recommence... J'en ai assez de ces mouflets qui considèrent la violence comme une solution... Et qui accessoirement profite de leur avantage physique pour harceler les plus faibles...

8 heures: Je préviens le CPE... Le mari râle: "vaudrait mieux qu'il règle le problème sinon je vais aller à la sortie du bus!"

Hum oui, bonne idée... Mais non... On ne menace pas un môme de 11 ans... Même si c'est un sale gosse... Nous sommes adultes... N'est-ce pas mon chéri? Grognement non convaincant en guise de réponse... "S'il touche ENCORE à MON fils"....

Oui?....

Mais NONNNN, je vais régler le problème...

 

9 heures: Ainé déposé à l'école... Solution en cours... ça c'est fait...Check!

 

On va pouvoir boire le café tranquille... Oui... Mais non...

 

On enchaîne, une place en SSR... Mais pas dans le lieu souhaité... Peut-être mais on a besoin du lit... Et la patiente de sa rééduc... Négociation, compromis... La patiente partira...

ça c'est fait... Check!

 

Et ça sonne encore... La soeur d'une patiente... Et mon café là?????!!! Oui... Ben Non...

J'écoute: oui le dossier IJ est fait... Depuis une semaine... Le WE s'est bien passée... Oui... Mais NONNNN... Signalement... Heu... pourquoi ai-je choisi une structure adulte déjà?? Ah oui la protection de l'enfance, on en fait pas... Si?? Ben non...

 

ça c'est pas fini... Check

 

Evaluation en cours... La journée de demain (enfin d'aujourd'hui) s'annonce pire...

 

Et ça sonne toujours... L'ARC (attaché de recherche clinique) me bouscule mon programme de fin de semaine... Tu ne peux pas t'organiser un peu Cocotte??? Grrrrr???!!! Bon c'était ma voix Off mais la "ON" était à peine plus aimable... Juste plus polie...

 

ça s'est dit... Check

 

Le rendez-vous du patient de l'hiver dernier qui a paumé tous ses papiers pour sa RQTH (reconnaissance en qualité de travailleur handicapé) et qui a décidé que mes photocopies ne lui suffisaient pas... Et bien vous verrez avec la médecine du travail et point... Je vous ai orienté vers l'ASE de la CRAM, si vous n'y allez pas, je ne peux rien pour vous...

 

ça s'est dit aussi... Check....

 

Et le téléphone sonne... "T'es où????" "Au bout de mon téléphone".... Mouhahahaha... Non le café je n'ai pas le temps... Pas perdu mon sens de l'humour...

 

Dringggggg... Le mari... (après la soeur...)... Heu, vous êtes une famille nombreuse??? (Nannn, j'rigoleeee, j'ai pas dit ça.... Mouhahahahaha) .... L'humour... Hein?? Vous suivez???

 

NE PAS PERDRE SON SENS DE L'HUMOUR CHECKKKKK

 

Donc, je disais... Le mari... Fébrile... Qui ne sait pas ce que je sais... Mais qui voudrait bien savoir si je le sais... Mais qui essaie de me faire croire que tout va bien... Hum hum... Et le rendez-vous chez le psy, il est pris??? Parce que moi et la protection de l'enfance blablablabla...

Réponse: "vous êtes bien plus maligne que je ne le pensais..." Et oui... Je fais la blonde mais pas que...

 

Toujours garder le sens de l'humour... Ou de la dérision n'est-ce pas??

 

Faire comprendre que l'évaluation psy pour l'enfant n'est pas une option, ça s'est fait aussi!! Check!

Demander conseil à sa chef... Faige bugger le téléphone...

Rencontrer, la MDPH (ah faites Google là flûte!!) et son "travailleur social" pour un autre patient... Reexpliquer les démarches pour la 12000000ème fois à sa vieille mère... Grrrrr

 

ça c'est fait et bon sans doute à refaire... Check!

Reprendre la communication avec sa chef... Faire bugger le téléphone

Assister à une LATA (google j'ai dit grrrr)... Comprendre que le patient est presque déjà mort... Enfin dans sa tête... Brrrr... Rencontrer la compagne... Soutenir, expliquer, consoler, orienter, regarder l'heure qui tourne (et mes gosses, je m'en occupe quand?)...

Se faire engueuler par sa chef: " Vous partez quand??!!" .... j'sais pas... Et vous???

Contacter la loge pour qu'ils cherchent un aumonier... "Vous le voulez comment??"

"Heu ben Jeune, sexy et servi sur un plateau, non??"... (c'était la voix off chuttt) C'est pas la bonne réponse?? Ah oui... Tout de suite ET Catholique je le veux...

 

L'humour... Vous suivez??

 

Mettre son manteau et accueillir le représentant du culte... Téléphoner aux enfants pour qu'ils prennent leur bain... Appeler le père pour savoir s'il est rentré... Check check checkkkkk

Envoyer un mail à la chef sur l'heure du départ...

Et puis rentrer et entamer la deuxième journée: repas, lessives, verif en tout genre... Et puis câliner, conseiller, consoler, écouter.... blablablabla....

 

Se coucher... Et revivre sa journée... CHECKKKKK!!



Partager cet article

15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 09:24

A l'école primaire, j'étais plutôt dans la catégorie "matheuse"... Du genre qui faisait une faute d'orthographe tous les trois mots... Bien entendu, ma mère et l'institutrice de Cm2 se sont unies pour m'inculquer quelques règles de base... "Les SI n'aiment pas les RE"... N'y voyez assurement aucune prédisposition pour la musique... Ou alors simplement celle des mots... 

 

Cette merveilleuse enseignante, dans la période de deuil qui venait de nous atteindre a réussi à me donner le goût de la lecture... La bibliothèque Rose et son Club des cinq m'ont apporté l'évasion nécessaire à cette époque douloureuse... Mes garçons n'accrochent absolument pas, malgré mes descriptions amoureuses de Dagobert, le chien de la troupe...

 

Et puis, durant mon enseignement secondaire, j'ai eu la chance de rencontrer des profs de lettre passionnés qui m'ont éveillée au pouvoir des mots et de l'écriture...

 

Depuis, j'éprouve une tendresse particulière pour cette matière et montre une exigence certaine auprès de mes enfants dans l'acquisition de ses connaissances...

 

Mais il semble que les temps changent... Et quand après deux semaines de collège, je vois que mon aîné ne bénéficie toujours pas de l'enseignement stable du Français... Ca m'exaspère... Prof titulaire muté... Pas de remplacement fixe... Enseignement décousu... Voire dilletante... Sans parler des accents improbables... Charmant chez un prof de langue mais laissant à désirer lorsqu'il s'agit de la langue maternelle...

 

Je trépigne... Et pourtant mon fils est ravi... Pas de littérature à lire, pas d'effort à fournir...

 

Et une fois de plus, je me demande ce qui me retient de me lancer dans ce projet un peu fou de reclassement professionnel... L'éducation nationale recrute des vacataires... Pour les matières "professionnelles"... Seule condition, être diplômé et avoir exercé sa profession  ans...

 

Mais ce qui me retient... C'est que simplement, on ne s'improvise pas pédagogue... C'est un métier... Qui demande des aptitudes particulières... Et il en est une que je ne suis pas certaine de possèder... C'est la patience... Non pas envers les élèves... Mais envers l'employeur...

Partager cet article

11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 10:40

Il était une fois une jolie famille, un papa, une maman, deux petits garçons... Sans autres difficultés que celles du quotidien... Une famille comme beaucoup en rêvent...

 

Et puis le téléphone qui sonne un jour, l'école... Devoir aller chercher son enfant... Troubles de la marche... Et puis le diagnostic... Fatal... Sans appel... Et puis la mort de l'enfant, 4 mois plus tard...

 

Une vie de rêve qui tourne au cauchemar...

 

Un monde qui s'écroule...

 

Et puis la nécessité de survivre... Pour ceux qui restent... Pour l'enfant qui reste...

 

Mais parfois la tentation de rejoindre celui qui est parti est plus forte... L'appel de la mort, de l'apaisement de cette souffrance sans nom... Ne plus penser, ne plus pleurer, ne plus rien savoir, faire taire cette douleur atroce, celle de l'absence de l'enfant...

 

Et puis l'entourage qui est présent, l'amour, l'appel de la vie... La sirène des pompiers, la réanimation, l'obligation de vivre... Parce que ce n'était pas le jour, ni l'heure... ELLE est venue... On l'a chassée...

 

Mais non sans mal... Et sans doute pas sans séquelles... Psychologiques, physiques, familiales...

 

Et l'équipe se soude autour de cette famille qu'il faut soutenir. Chacun tente de mettre à distance ses peurs, ses faiblesses... Penser professionnel uniquement... Ne pas se projeter... Ne pas pleurer...

 

Mais l'angoisse rôde... Comment ne pas imaginer les violences subies par cette famille... Et si cela avait été MON enfant... Les larmes menacent... Les démarches administratives permettent de ne pas perdre pied... Rester empathique... Garder sa distance...

 

Et la nuit revivre tous ses cauchemars, se réveiller en pleurant, en priant pour que jamais la roue ne s'arrête sur nous...

 

Souhaitons leur l'apaisement... Et peut-être aussi prions ce Dieu si injuste...

Partager cet article

Ma Pomme

  • aszeb
  • Assistante sociale depuis 1998, mère de famille, épouse... Superwoman en fait (j'rigoleeee!)... Je raconte tout ou rien... ça dépend des jours ou de l'humeur...
  • Assistante sociale depuis 1998, mère de famille, épouse... Superwoman en fait (j'rigoleeee!)... Je raconte tout ou rien... ça dépend des jours ou de l'humeur...